Articles Tagués ‘mines’

L’Association pour la Dépollution des Anciennes Mines de la Vieille Montagne, suite à la réunion du 30 janvier dernier, envoie un courrier à ces adhérents. La phase juridique démarre…

(suite…)

2016-02-05_164140

(suite…)

Ce soir, mercredi 20 Janvier, n’oubliez de regarder France 3 qui diffusera dans son magazine Pièces à conviction le documentaire Cévennes, révélations sur une pollution cachée à 23h25. Ce documentaire d’Alain Renon est le prolongement d’une longue enquête environnementale que le réalisateur avait publié en juillet 2014 sur le site de RFI :

http://webdoc.rfi.fr/pour-suites/enquete-pollution-cachee-cevennes/

Le site de la mine de Saint Félix de Pallières dans le Gard est au cœur de l’enquête.

Mine de Garzweiler_Aout2013

Mine d'Inden_Mars2013_02

Forêt de Hambach_Graffiti_Avril2013

Photo-reportage de Marc Wendelski témoignant de la lutte contre les mines de lignite Hambach, en Allemagne provoquant des bouleversements considérables sur l’environnement et le paysage

A la suite de la catastrophe de Fukushima, et sous la pression de l’opinion publique, le gouvernement allemand décidait au printemps 2011 de maintenir le programme de sortie du nucléaire à l’horizon 2022, en misant sur un développement rapide des énergies renouvelables mais aussi sur ses ressources propres en énergies fossiles dont le lignite, présent en abondance sur le territoire.

Le lignite, dont l’Allemagne est le premier producteur mondial, est utilisé comme combustible dans des centrales thermiques situées à proximité des sites d’extraction. Le groupe RWE, un des géants allemands de l’énergie, extrait environ 100 millions de tonnes de lignite par an dans trois mines à ciel ouvert en Rhénanie-du-Nord-Westphalie afin d’alimenter en combustible ses six centrales dans la région.

L’usage d’un combustible fossile à bas rendement comme le lignite produit d’importants rejets de gaz carbonique et de particules fines dans l’atmosphère. Son extraction provoque des bouleversements considérables sur l’environnement et le paysage : des villages entiers sont expropriés, d’immenses surfaces de terres agricoles ou forestières sont détruites, des autoroutes sont détournées au fur et à mesure de l’avancée des excavatrices qui creusent le sol sur plusieurs centaines de mètres de profondeur afin d’atteindre les couches de lignite.

Dans la région de Hambach, à proximité directe d’une des plus grandes mines à ciel ouvert d’Europe, s’étendait jusque dans les années 70 et sur plus de 5000 hectares, une forêt restée intacte depuis plusieurs milliers d’années. Durant les dernières décennies, la majeure partie de cette forêt a été engloutie par l’exploitation minière. C’est dans la forêt de Hambach, en mai 2012, qu’un groupe de militants a édifié un camp pour protester contre la politique expansionniste du groupe RWE et empêcher la destruction des derniers hectares de forêt.

(suite…)

François Hollande est arrivé à Brisbane en Australie où il doit participer au G 20 aux côtés des chefs de l’Etat des pays les plus riches de la planète. 

vlcsnap-2014-11-16-10h20m24s83

Ce sommet sera dominé par les questions économiques et environnementales mais cette fois, la crise Ukrainienne pourrait s’inviter dans les débats tout comme le contentieux concernant le navire de guerre « Mistral » commandé par la Russie à la France, mais toujours pas livré pour des raisons politiques. le président de la République doit ensuite passer 36 heures en Nouvelle Calédonie.

(suite…)

Affiche réunion 21nov14 (suite…)

bannercop20a.fw_

(…) S’il s’agit d’un sommet crucial, la COP21 n’est que l’étape ultime d’un processus de négociation qui a déjà débuté et auquel il convient de rester très attentif. Lors de la Conférence de Varsovie en 2013 les observateurs avaient pointé le manque de préparation pour expliquer l’échec des négociations. Le succès de la COP21 dépendra donc aussi de celui de la COP20 qui se tiendra à Lima en décembre prochain.

Le choix du Pérou pour accueillir cette conférence internationale sur le climat n’est sans doute pas anodin. Troisième pays d’Amérique latine à accueillir une conférence internationale sur le climat, le Pérou est particulièrement exposé aux effets du changement climatique : 71% des glaciers tropicaux y sont présents, et pourraient disparaître d’ici 25 ans. 90% de la population vit dans un climat aride ou semi-aride, où la fréquence des périodes de sécheresse tend à augmenter et l’approvisionnement en eau douce peine à répondre à la demande des grandes métropoles en pleine extension (Lima compte 10 millions d’habitants). En outre, La montée du niveau de la mer et le phénomène d’acidification des eaux constituent un problème majeur pour l’économie et la société péruvienne.

La politique libérale menée par le Président Ollanta Humala a ouvert l’économie du pays aux investisseurs privés et cédé de nombreuses concessions dans les domaines de l’énergie et des mines.

En savoir plus http://www.huffingtonpost.fr/victor-abecassis/climat-cop21-perou_b_5842038.html