Articles Tagués ‘permis de Saint-Griède’

Permis de Saint-Griède

«Le Collectif a été reçu par le préfet le 22 octobre concernant les travaux de recherche par vibro-sismique que la société australienne Gas2Grid compte mener à partir de janvier 2015 sur le permis de Saint-Griède. La préfecture a autorisé le 4 août dernier ces travaux par un arrêté dont le Collectif 32 Non au gaz de schiste a demandé l’annulation en déposant des recours auprès de la Préfecture et du ministère de l’Ecologie. Le préfet a réaffirmé qu’il ne pouvait s’opposer légalement à ces travaux et que l’arrêté est destiné à les encadrer. Le Collectif considère que ce texte constitue de fait une autorisation et que la préfecture aurait dû consulter les élus ainsi que la population et demander des informations supplémentaires avant de signer aussi rapidement cet arrêté (…).»

Une nouvelle demande de permis.

«Le préfet informe le Collectif du dépôt par la société britannique Celtique Energie, le 9 octobre, auprès du ministère de l’Ecologie, d’un dossier de demande de permis de recherche d’hydrocarbures, dit de Séméacq, d’une superficie de 1 479 km2, sur les départements du Gers, des Landes, des Pyrénées-Atlantiques et des Hautes-Pyrénées. Le Collectif regrette par ailleurs que le site du ministère de l’Ecologie ne soit pas à jour depuis de nombreux mois, malgré les engagements de transparence pris en 2012. Les trois-quarts du département du Gers sont touchés maintenant, ainsi que des départements limitrophes. Le Collectif 32 Non au gaz de schiste renouvelle son opposition totale aux travaux prévus sur le permis de Saint-Griède et demande l’abrogation des permis attribués et le rejet des demandes de permis (…)»

En savoir plus http://www.ladepeche.fr/article/2014/10/26/1979336-gaz-de-schiste-le-gers-est-dans-une-zone-grise.html

Courrier du Préfet du Gers au collectif – 07/10/2014  http://nonaugazdeschiste32.org/spip.php?article44

Lettre du collectif à Jean-Marc Sabathé, préfet du Gers – 29/10/2014  http://nonaugazdeschiste32.org/spip.php?article25

Gers : le gaz et le pétrole de schiste, ce n’est pas fini !  http://bastagazales.fr/2014/10/05/gers-le-gaz-et-le-petrole-de-schiste-ce-nest-pas-fini/

Les anti gaz de schiste se mobilisent à Auch  http://bastagazales.fr/2014/10/11/les-anti-gaz-de-schiste-se-mobilisent-a-auch/

201301250061

Photo DDM Nedir Debbiche

Le collectif 32 Non au gaz de schiste organise un rassemblement aujourd’hui à Auch pour demander notamment «le retrait de l’arrêté préfectoral autorisant les travaux prévus par Gas2Grid sur le permis de Sainte-Griède». Mais le préfet n’en fera rien…

Alors qu’en «réponse» aux récents propos de Nicolas Sarkozy, la ministre de l’Écologie Ségolène Royal a confirmé que l’actuelle majorité gouvernementale reste opposée au gaz de schiste, est-il «utile» d’organiser un tel rassemblement à Auch ? «Et comment !» répond en substance Sylviane Baudois. Pour le Collectif 32 Non au gaz de schiste qui est l’une des composantes de l’association Bien Vivre dans le Gers, cette habitante de Castelnau-Barbarens précise d’abord que cette mobilisation s’inscrira dans le cadre de la journée internationale contre la fracturation hydraulique (global frackdown).

«Sans information ni concertation»

Mais aussi et surtout qu’il y a du nouveau dans le Gers puisqu’un nouveau dossier «de travaux concernant l’acquisition de mesures géophysiques a été déposé à la préfecture par la société australienne Gas2Gird et que le 4 août, un arrêté préfectoral a autorisé ces travaux» (lire ci-contre la position du préfet).

Selon la porte-parole du Collectif, «ces recherches prévues au premier semestre 2015, seraient effectuées par la méthode de réflexion/vibro-sismique. Les ondes ainsi émises peuvent avoir des conséquences, sur l’environnement, l’eau, les constructions».

Et d’ajouter : «Aucune information, aucune concertation n’ont eu lieu auprès des maires et de la population du secteur. Une enquête publique aurait dû être mise en place par la Préfecture. De plus, le permis attribué à Gas2Gird en 2008 est venu à expiration le 21 avril 2013 et son renouvellement n’a pas été accordé à ce jour». Le Collectif 32 qui demande «le retrait de l’arrêté préfectoral, l’interdiction des travaux et le refus du renouvellement du permis», affirme que Saint Griède pourrait constituer une première étape car «dans le Gers et ailleurs en France, des travaux d’exploration sont programmés et si des réserves de gaz de schiste ou de pétrole de schiste sont détectées, la suite sera l’exploitation.

Lire la suite http://www.ladepeche.fr/article/2014/10/11/1969857-les-anti-gaz-de-schiste-se-mobilisent-a-auch.html

On entend tout et son contraire dans les dossiers de gaz de schiste. Forage, pas forage ? Autorisé, pas autorisé ? Dans le Gers, quatre zones intéressent les industries pétrolières internationales (Saint-Griède, Eauze, Mirande et Astarac). Samedi, à Auch, le Collectif gersois « Non au gaz de schiste » manifestera, craignant l’autorisation du projet de Saint-Griède alors que, dans le même temps, la ministre de l’Environnement retire le projet du Lubéron. Difficile d’y voir clair, d’autant que, et c’est sur ce point que le préfet du Gers s’impatiente, la législation contient des failles.

Intervention directe

Le préfet du Gers a affirmé au Collectif 32 non au gaz de schiste, mardi, être intervenu auprès de Ségolène Royal. « J’ai personnellement demandé, le 2 octobre dernier, à Madame le ministre de l’Écologie de bien vouloir mettre à l’étude une disposition juridique permettant rapidement de rendre plus cohérente l’action de l’État dans la mise en œuvre des instructions ministérielles. »

La loi interdit en effet d’exploiter le gaz avec la technique de fracturation hydraulique alors que le code minier ne donne aucune information sur la différence entre les hydrocarbures conventionnels et les autres.

Lire la suite http://www.sudouest.fr/2014/10/10/le-prefet-ecrit-a-la-ministre-1699222-2374.php

Affiche 11 10 14 quadri-page001 - petite-1

Samedi 11 octobre à Auch – Global Frackdown

Journée contre le gaz de schiste organisée par le Collectif 32 Non au gaz de schiste

Cette année, la journée internationale contre la fracturation hydraulique (Global Frackdown) revêt une importance particulière dans le Gers. En effet, le 4 août dernier, des travaux de recherche par vibrosismique demandés par Gas2Grid sur le permis de Saint-Griède ont été autorisés par la Préfecture du Gers.

Partout en France, le danger subsiste. Le gaz ou le pétrole de schiste, ce n’est pas fini. Les sociétés pétrolières continuent à faire pression sur les politiques et à mener un lobbying intense. Ils déposent des demandes de travaux sur des permis (Ile-de-France, Sud-Est, Gers) ou de nouvelles demandes de permis. Le gouvernement actuel et la ministre de l’Ecologie n’ont pas toujours été clairs sur le sujet, même si les récentes déclarations de Ségolène Royal excluent toute exploitation ; mais les actes ne sont pas en accord avec les paroles, puisque certaines demandes des pétroliers sont acceptées par le ministère de l’Ecologie ou par les préfectures

Rappel du programme :
–          A partir de 9h30 : rendez vous en bas des escaliers d’Etigny pour installer les stands,
–          11 h : rassemblement
–          11h30 : manifestation devant la Préfecture
–          Ensuite, retour aux stands pour pique-nique festif et animations jusqu’à 15h

C’est le moment de se mobiliser, avec le Collectif 32 Non au gaz de schiste et Bien vivre dans le Gers, les autres collectifs du sud-ouest contre le gaz de schiste et le Collectif Stop Tafta 32.

Nous serons heureux de vous accueillir à Auch le 11 octobre.

http://www.nonaugazdeschiste32.org/spip.php?article1

Contact : 11octobreauch2014@gmail.com

permis_de_saint-griede-4377b-4d128

Cette année, la journée internationale contre la fracturation hydraulique (Global frackdown) revêt une importance particulière dans le Gers. Un nouveau dossier de travaux concernant l’acquisition de mesures géophysiques par la société australienne Gas2Grid, a été déposé à la préfecture du Gers. Le 4 août, un arrêté préfectoral a autorisé ces travaux. Aucune information, aucune concertation n’ont eu lieu auprès des maires et de la population. Une enquête publique aurait dû être mise en place par la Préfecture. De plus, le permis attribué à Gas2Grid en 2008 est venu à expiration le 21 avril 2013 et son renouvellement n’a pas été accordé à ce jour.

Ces recherches, prévues au premier semestre 2015, seraient effectuées par la méthode de réflexion/vibro-sismique. Les ondes émises peuvent avoir des conséquences sur l’environnement, l’eau, les constructions. Les activités économiques, agricoles et touristiques peuvent être perturbées par l’emprise de ces travaux et la circulation des véhicules.

Il s’agit d’une première étape ; dans le Gers et ailleurs en France, des travaux d’exploration sont programmés et si des réserves de gaz ou de pétrole de schiste sont détectées, la suite sera l’exploitation. Les industriels, qui se livrent à un lobbying intense, attendent une modification de la loi interdisant la fracturation hydraulique, menacée par un éventuel changement de majorité.

Le Collectif Non au gaz de schiste 32 demande :

Le retrait de l’arrêté préfectoral autorisant les travaux prévus par Gas2Grid sur le permis de Saint-Griède, l’interdiction des travaux, le refus du renouvellement du permis.
L’interdiction totale de l’expérimentation, de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures non-conventionnels, quelle que soit la technique utilisée.

Lire la suite http://www.nonaugazdeschiste32.org/spip.php?article24

Saint-Griede_AP_2014_219_0008_DOTA_Gas2Grid_lignes2

Le préfet des Hautes-Pyrénées vient d’autoriser la société australienne Gas2Grid à mener une campagne de sismique réflexion 2D sur le permis d’exploration de Saint-Griède, 32, 64 et 65.

C’est au cœur de l’été lorsque la vigilance est censée être faible que l’administration accorde principalement les ouvertures de travaux miniers

Ainsi la demande des australiens de Gas2Grid du 26 mai dernier a trouvé une issue favorable ce 7 août 2014. Dans ses attendus la préfecture n’a pas cité la Circulaire du 21 septembre 2012, dont un paragraphe traite pourtant des sismiques…

Nous appelons tous les propriétaires des 47 communes impactées (voir en fin d’article), dont les terrains sont situés sur les lignes d’acquisition sismique et de passage des camions vibrateurs à adresser par courrier recommandé à M. le préfet des Hautes-Pyrénées leur totale et définitive opposition à cette sismique, prélude à des forages qui accueilleront certainement un jour de dangereuses opérations de stimulation et d’injection.

Lire la suite sur http://www.nongazdeschiste.fr/index.php/actualites/france/341-non-a-la-sismique-gas2grid-sur-saint-griede